Audit général cours s6 PDF – FSJES

 

L’audit : histoire et principes

Le mot audit nous vient du latin par l’anglais !
En latin : audio – audire signifie: écouter entendre, et, par extension: donner audience.
Dans l’utilisation anglaise du mot, au XIX siècle et dans le domaine de la comptabilité et de la gestion financière, c’est le sens de vérification et contrôle par une observation attentive et minutieuse qui domine. L’auditeur est, dans ce cas, un « commissaire aux compte » qui, par des procédures adéquates, « s’assure du caractère complet, sincère et régulier des comptes d’une entreprise, s’en porte garant auprès des divers partenaires intéressés de la firme et, plus généralement, porte un jugement sur la qualité et la rigueur de sa gestion » (dictionnaire La rousse en cinq volumes).
Dès cet emploi, on a trois caractéristiques de ce qu’est un audit quels que soient le domaines où il s’applique et l’évolution des pratiques :
– une activité spécialisée et comportant une certaine distance, une marge d’extériorité par rapport à la chose examinée,
– une investigation large, profonde et « armée » avec écoute et observation,
– un rapport, une trace écrite objectivant l’enquête, renvoyant une image et « garantissant » cette image,

Face à l’anarchie actuelle de l’emploi du mot, le rappel des sources, la mémoire des origines ne sont pas inutiles…!
En effet, en même temps, que son domaine s’étendait, passant en particulier de l’économique au social, les pratiques de l’audit se diversifiaient, le mot peut couvrir des pratiques aussi diverses qu’une « police économique et sociale de l’entreprise » ou une vague démarche de psychothérapie institutionnelle quand ce n’est pas la seule analyse des besoins.

L’audit:

« C’est l’activité qui appliqué, en toute indépendance des procédures cohérentes et des normes d’examen en vue dévaluer l’adéquation et le fonctionnement de toute ou partie des actions menées dans une organisation par référence à des normes « (M. Gervais).

Le contrôle interne

C’est une organisation structurelle de l’entreprise qui a pour mission d’assurer dans la mesure du possible, la gestion saine et efficace des affaires, la conservation du patrimoine, la fiabilité des informations comptables et financières et leur publication en temps opportun.

Le contrôle de gestion

C’est l’ensemble des procédés et pratiques dont le personnel à besoin pour atteindre les objectifs de l’entité.
Un bon système de contrôle de gestion doit comprendre :
un énoncé des objectifs de l’entité,
un plan d’organisation pour atteindre ces objectifs, des cadres dont le nombre et la compétence correspondent aux responsabilités et dont les fonctions sont séparées.
un système de pilotage des pratiques appropriées pour chaque unité ou programme,
un système de contrôle efficace.

L’audit opérationnel

C’est la manière dont l’entreprise ou certaines de ses entités définissent et respectant leur objectifs et leur politiques, obtiennent, préservent, allouent et consomment tous les moyens nécessaires pour ces fins ».

voir aussi: audit général s6 QCM corrigé

AUDIT INTERNE

Définition: L’audit interne est maintenant une fonction d’assistance au management, Issue du contrôle comptable et financier, la fonction audit interne recouvre de nos jours une conception beaucoup plus large et plus riche, répondant aux exigences croissantes des la gestion de plus en plus complexe des entreprises : nouvelles méthodes de direction (délégation, décentralisation, motivation), informatisation, concurrence… La déclaration des responsables de l’audit interne de l’I.I.A. (The Institute of Internal Auditors) indique :
« L’audit interne et à l’intérieur d’une entreprise (ou d’un organisme), une activité indépendante d’appréciation du contrôle des opérations ; il est de l’entreprise (ou de l’organisme). C’est, dans ce domaine, un contrôle qui a pour fonction d’estimer et d’évaluer l’efficacité des autres contrôles.
Son objectif est d’assister les membres de l’entreprise (ou de l’organisme) dans l’exercice efficace de leurs responsabilités. Dans ce but, l’audit interne fournit des analyses, des appréciations, des recommandations, des avis et des informations concernant les activités examinées. Ceci inclut la promotion du contrôle efficace à un coût raisonnable.
L’audit interne apporte sa contribution à l’ensemble des activités de l’entreprise car dans chaque domaine – qu’il s’agissent des aspects financiers, administratifs, informatiques, industriels, commerciaux ou sociaux – d’après Larry Sawyer, diriger c’est toujours planifier les tâches, organiser les responsabilités, conduire les opérations et en contrôler la marche. Le management, l’accompagne et l’éclaire.

Larry Sawyer dit :

« La tâche de dirigeant est difficile. L’aide dont il a le plus besoin n’est pas celle d’un vérificateur qui pointe des chiffres, ou même signale la violation des règles et des procédures, ou montre qu’elle sont périmées, inapplicables ou inefficaces ; c’est celle de quelqu’un qui peut comprendre ses problèmes et lui donner des avis sur la façon de les résoudre en se fondant sur les principes éprouvés du management ».
L’audit intervient mandaté par la Direction pour aller examiner un point ou une activité de l’organisation – une filiale, une fonction, un processus – et établir un diagnostic alertant les responsables et la direction, et une thérapeutique visant la sécurité des actifs et la fiabilité des informations, l’efficacité des opérations, la compétitivité de l’organisme (mais pas plus que le médecin, l’audit ne met en oeuvre la prescription qu’il recommande).
Envoyé en terrain peu connu, dans une filiale ou sur un sujet qu’il découvre, muni d’informations partielles et approximatives et généralement sans connaissance technique approfondie des opérations à examiner, l’auditeur doit déceler leurs principales faiblesse, en déterminer les causes, en évaluer les conséquences, leur trouver un remède et convaincre les responsables d’agir.

métier d’auditeur

Ce métier d’auditeur est passionnant mais difficile. Il demande des qualités personnelles et des connaissances variées, notamment des connaissances en management. L’auditeur pratique en effet le doute méthodique, il s’appuie sur les quatre préceptes énoncés par Descartes il y a plus de 350 ans dans son Discours de la méthode pour bien mener sa raison et chercher la vérité…
1) Ne recevoir aucune chose pour vraie que je ne la connus se évidemment être elle…;
2) Diviser chacune des difficultés… pour les mieux résoudre ;
3) Conduire par ordre mes pensées, en commençant par les objets les plus simples et les plus aisés à connaître, pour monter peu à peu… jusqu’à la connaissance des plus composés…;
4) Faire partout des dénombrements si entiers, et des revues si générales, que je fusse assuré de ne rien omettre ».
voir le cours d’audit général complet en cliquant sur Télécharger le documen PDF:

télécharger audit général en PDF

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *