fbpx

Cours- exercices corrigés- examens- résumés

Comment améliorer le bien être au travail

GRH S5 108
Comment améliorer le bien être au travail

Qu’est-ce que le bien-être au travail ?

Le fait d’améliorer le bien être au travail renvoie une sensation de satisfaction, d’harmonie et de sérénité au travail entre les attentes et souhaits des individus, d’une part, et les réponses organisationnelles proposées, d’autre part.

Le bien-être au travail doit être positionné au cœur de toute mission, de toute politique, de toute stratégie de gestion des ressources humaines afin d’établir des relations de confiance entre les individus et l’organisation. Ainsi que d’avoir une sorte d’équilibre entre la contribution et la rétribution demandée au sein d’une organisation. Afin que les individus travaillent dans les meilleures conditions au sein de leur structure.

Comment améliorer le bien être au travail ?

Définir l’équilibre

Premièrement, il est important de respecter très fortement et de définir un cadre, des règles associées à l’équilibre vie privée, vie professionnelle. Cela permet de mettre en place des dispositifs qui privilégient le travail et non pas des temps de parcours quelquefois extrêmement longs.

créer des conditions de travail

Deuxièmement, il est important de créer des conditions de travail où l’ambiance est sereine. Pour qu’il y ait une ambiance sereine, il est important que les relations soient vraies, franches au sein de l’équipe, au sein de l’entité, et que le management, que le leader fasse tampon entre les contingences, les contraintes et le travail, pour que les individus puissent se focaliser sur le travail.

équilibrer le travail

Troisièmement, il est important que ce travail soit équilibré. C’est-à-dire que les surcharges, les sous-charges de travail soient amoindries.

établir des relations de confiance

Quatrièmement, il est important de définir des relations de confiance entre un individu et lui-même. Définir des relations de confiance entre un individu et lui-même est quelque chose de difficile. Car elle nécessite de laisser le temps à l’individu de faire son travail sur lui-même, au sein de l’organisation.

Pourquoi pas, lors de périodes de pauses quelquefois aussi à un coaching, à un mentoring, où l’individu se fait renvoyer une image de lui-même qui ne correspond pas à l’image idéale qu’il se fait de lui-même.

apporter un sens au travail

Cinquièmement, il est important que chaque individu, chaque équipe puisse apporter du sens au travail qu’il fait, aux missions, aux objectifs qu’il suit en adéquation, en lien avec, d’un côté, la stratégie de l’organisation et de l’autre côté, son sens personnel, ses valeurs personnelles au travail.

reconnaissance au travail

Sixièmement, bien évidemment, l’organisation doit mettre en place, définir des modalités de reconnaissance à la fois institutionnelles et quotidiennes, opérationnelles qui commencent par un « Merci », « Bravo », « Tu as bien travaillé » ou « Là, tu aurais pu t’améliorer », sur telle ou telle situation. L’autre pendant, le tangible étant la rémunération, le bonus, les primes.

l’autonomie

Enfin, il est important de définir les conditions de l’autonomie ou de la montée en autonomie des collaborateurs, le tout concourant au bien-être au travail, au sein d’une organisation. Bien-être qui repose sur le travail des individus, du management et de la direction des ressources humaines conjointement. Cela permet de développer de la performance.

chief happiness officer

On a vu arriver ce poste de chief happiness officer qui est censé développer, justement, ou participer, organiser les conditions de ce bien-être. Quand ce poste de CHO n’existe pas, ou si le responsable ressources humaines n’est pas présent, la personne en charge des RH doit mettre en place les conditions favorables au développement du bien-être au travail.

Enjeux et actions pour améliorer le bien être au travail?

D’un point de vue pratique, quels sont les enjeux et les actions associés au bien-être au travail ? Comment gérer et valoriser le bien-être au travail d’un point de vue organisationnel ?

Premièrement, il est important de définir avec la direction une sorte de charte du bien-être au travail. C’est à dire une règle claire et structurante pour la totalité des collaborateurs.

Deuxièmement, de communiquer cette charte en interne et en externe. En interne, pour cadrer la vie des collaborateurs, et en externe, pour attirer de nouveaux talents.

comment maintenir le bien-être au travail à tous les niveaux de l’organisation ?

Il est important:

  • premièrement, d’être dans une posture d’écoute dite bienveillante, à la fois des individus et des instances représentatives du personnel.
  • Deuxièmement, d’anticiper et d’apaiser les conflits associés au travail.
  • Et, troisièmement, d’encourager les propositions d’amélioration qui ne viendraient pas uniquement du management ou de la DRH, mais qui viendraient de l’équipe.

D’un point de vue processus, comment définir les procédures, outils et mettre en œuvre le bien-être au travail ? Il est important, tout d’abord, de concevoir et de mettre en œuvre un outil de suivi du bien-être. C’est-à-dire d’évaluer le bien-être, de mettre en place des indicateurs, le baromètre de satisfaction, de bien-être, et de réaliser des audits réguliers du bien-être et d’ajuster, bien évidemment, les conditions de travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tous droits réservés - Economie et Gestion hébergé par LWS
texte protégé