fbpx

Cours- exercices corrigés- examens- résumés

résumé de l’Économie du bien commun

économie macroeconomie ouvrages 258

résumé de l’Économie du bien commun

Dans un ouvrage dense mais accessible intitulé Économie du bien commun, l’économiste français Jean Tirole
démontre quant à lui l’utilité sociale d’une réflexion économique rigoureuse.
Ce livre voit grand, et c’est ce qui fait sa force. Il aborde avec clarté et simplicité de nombreux sujets complexes dans divers domaines de l’économie, tels que le changement climatique, le droit du travail, la crise financière mondiale, la crise de l’euro, ou encore l’économie des petits boulots. De nombreux exemples, souvent pris en France, illustrent clairement les propos, et chaque chapitre peut être lu séparément. Je recommande en particulier les chapitres sur la
numérisation et sur l’avenir du travail, qui proposent des réponses aux défis qui nous attendent.

Le chapitre sur l’innovation aborde plusieurs questions intéressantes. Comment réglementer les droits de propriété des données afin d’éviter aux nouvelles entreprises des entraves à l’accès aux marchés? Quelles sont les conséquences de l’intelligence artificielle et des technologies d’apprentissage automatique qui permettent à des plateformes de découper la production en tâches simples et d’appliquer une tarification différente lorsque la demande augmente? Dans quelle mesure le glissement vers une économie dominée par un petit groupe d’entreprises géantes affecte-t-il le système de taxation optimale, dans un monde dématérialisé où l’arbitrage fiscal international est de plus en plus aisé? M. Tirole ne se contente pas d’examiner les gains en efficience des nouvelles technologies, il aborde leurs conséquences pour les inégalités de revenu et de richesse.

Le livre propose d’abandonner l’opposition classique entre État et marchés ou gauche et droite, lui préférant
une pensée qui en fait la synthèse. Le rôle de l’État n’est pas de produire en se substituant aux marchés, mais
de les accompagner en les réglementant à partir de principes communs. Plutôt que de simplement prôner
la concurrence, M. Tirole plaide pour des politiques qui améliorent le bien-être et la réglementation en s’appuyant sur un raisonnement économique rigoureux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tous droits réservés - Economie et Gestion hébergé par LWS
texte protégé